Articles

Où en est-on avec l’égalité des genres dans le domaine de l’éducation ? - Rapport Unesco

Un bilan plutôt mitigé des avancées en matière de scolarisation des filles dans certaines régions du monde

Par Philippe Menkoué , le 28 mai 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 30 mai 2018

Culturelles, structurelles ou même physiologiques, les obstacles à la scolarisation des jeunes filles dans certaines régions du monde sont encore légion et de divers ordres, à l’image des traités internationaux à travers lesquels ces pays se sont engagés à défendre le droit des femmes et des filles à l’éducation.

Si, de manière générale, des avancées en matière de scolarisation des filles y ont été enregistrées ces dernières années, où en est-on, de manière concrète, avec l’égalité des genres dans le domaine de l’éducation en 2018 ?

Passer aux actes, au delà des statistiques

Les initiatives et les discours prônant les vertus de l’émancipation des filles dans et par l’éducation ne se comptent plus. Si l’objectif N°5 de l’Agenda 2030, adopté par les Etats membres des Nations unies en septembre 2015, recommande de « parvenir à l’égalité des sexes en autonomisant les femmes et les filles » d’ici 2030, l’on est encore bien loin du compte. 

Le Résumé sur l’égalité des genres 2018, élaboré par l’équipe du Rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO dresse un bilan plutôt mitigé. «

Seuls 66 % des pays ont atteint la parité entre les sexes dans l’enseignement primaire, 45 % dans le premier cycle du secondaire et 25 % dans le deuxième cycle du secondaire ».

Or,

« créer un monde plus inclusif, plus juste et plus équitable – ce qui est l’essence même du développement durable – implique de veiller à ce que chaque homme et chaque femme, chaque garçon et chaque fille, ait les moyens de vivre dans la dignité »

De même, il ne suffit pas de s’intéresser à la parité uniquement en termes de taux de scolarisation car l’inégalité des genres revêt beaucoup d’autres formes. Celle-ci peut résider notamment dans la sous-représentation des femmes à des postes de responsabilité dans certains secteurs d’activités, dans l’inadaptation des infrastructures scolaires à certains besoins spécifiques aux filles/femmes  ou dans la représentation faussée des genres dans les manuels scolaires, entre autres, comme le souligne le rapport.

Il s’avère donc essentiel d’adopter des lois et des politiques qui lèvent les obstacles qui restreignent l’accès des femmes et des filles à l’éducation, du primaire à l’université et préviennent la discrimination dont elles sont parfois l’objet en milieu scolaire et universitaire. Toutefois, la pertinence d’une loi ne dépendrait-elle pas en partie de son application et de son respect scrupuleux ?

Veiller à ce que cesse l’impunité : une responsabilité commune

Au-delà de la simple adoption de textes de lois, la reddition des comptes est un aspect essentiel pour un suivi exemplaire des évolutions politiques et sociales en matière d’égalité des sexes dans le secteur de l’éducation.

Selon Manos Antoninis, Directeur du Rapport, le document

« examine [ainsi] qui est responsable de l'égalité des sexes dans l'éducation et comment les acteurs peuvent être tenus de rendre des comptes s'ils n'honorent pas ces responsabilités ».

Une responsabilité commune dans la mesure où

« il incombe à chacun d’entre nous, en tant que membre de la communauté ou professionnel du secteur, de surveiller l’action des gouvernements, des établissements scolaires et des enseignants, afin de garantir que les pratiques et attitudes discriminatoires ne soient pas tolérées »

comme le souligne le rapport.

Des efforts qui ne nécessitent pas uniquement un soutien financier, des capacités suffisantes et des structures d’appui car,

« le comportement des enseignants, les choix des parents ou les processus décisionnels sont autant de facteurs qui influent sur la probabilité qu’une fille soit scolarisée jusqu’à la fin de ses études dans un environnement d’apprentissage équitable. C’est pourquoi il faut également combattre la discrimination et les rapports de force déséquilibrés qui sont enracinés profondément et de longue date dans d’autres sphères de la vie ».

Des recommandations à surveiller de près, tant le développement de certaines régions en serait tributaire. Après tout, ne dit-on pas qu’éduquer une fille, c’est éduquer une nation ?  

Illustration : Une jeune fille écrivant au tableau - Foter

Plus de détails

Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2018 - Résumé sur l’égalité des genres : Tenir nos engagements en faveur de l’égalité des genres dans l’éducation. UNESCO, 2018.
http://unesdoc.unesco.org/images/0026/002607/260772F.pdf

Antoninis, M. in Qui est chargé de garantir l'égalité des sexes dans l'éducation ? Partenariat mondial pour l’éducation. 9 mars 2018.
https://www.globalpartnership.org/fr/blog/qui-est-charge-de-garantir-legalite-des-sexes-dans-leducation

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur