Articles

La géo-ingénierie, une solution chamanique aux changements climatiques

L'humain pourrait-il régler la température terrestre?

Par Alexandre Roberge , le 20 août 2018

Malgré l'avis des sceptiques, les changements climatiques sont réels et ont déjà des impacts sur le globe. La plupart des pays l'admettent et s'entendent au moins sur l'urgence de la situation. D'ailleurs, certains climatosceptiques changent même leur discours. Le problème existe mais il n'y aurait pas de quoi paniquer. En effet, les travaux d'ingénierie pourraient régler le tout "facilement". Cette approche géo-ingénierie suscite certains espoirs mais surtout beaucoup de questionnements et de critiques.

Contrôler le climat avec la science

L'idée de contrôler le climat par des approches scientifiques n'est pas neuve. Comme le rappelle cette émission de France Culture sur le sujet, l'idée était déjà étudiée dans la décennie 1940. Durant la Guerre froide, des Américains essayaient de provoquer de la pluie pour déstabiliser les forces ennemies au Viêtnam. Ces techniques n'étaient toutefois pas très efficaces encore puisqu'elles essayaient de s'attaquer à un phénomène météo précis. Or, les scientifiques se sont tournés vers des techniques touchant au climat globalement, très inspirés par un événement naturel ayant eu lieu il y a quelques décennies...

Juin 1991. Après 500 ans de sommeil, le Pinatubo dans les Philippines entre en éruption. Le volcan va relâcher entre juin et août près de 10 km3 de matière dans l'atmosphère ce qui en a fait l'une des plus importantes activités volcaniques du siècle. Or, les scientifiques ont remarqué que dans l'année qui a suivi l'événement, la température terrestre est descendu rapidement entre 0,4 et 0,6 degrés Celsius d'où la réflexion suivante chez des chercheurs : «et si l'être humain pouvait reproduire ce phénomène?».

Ainsi, certains travaillent sur l'idée d'envoyer dans la stratosphère du souffre et des aérosols qui permettraient de refroidir l'atmosphère. D'autres se penchent aussi sur des solutions pour capter le dioxyde de carbone responsable des changements climatiques afin de l'enfouir ou de le faire digérer par des bactéries qui s'en nourrissent. Des chercheurs de Harvard ont même voulu relâcher des particules de glace et de carbonate dans la stratosphère afin de créer un type de miroir réfléchissant une partie des rayons du soleil. Ce ne sont donc pas les idées qui manquent pour essayer de contrer le réchauffement planétaire. D'ailleurs, l'idée de la géo-ingénierie a fait sa place dans les conférences internationales sur le climat. Des régions au sud de la planète qui goûte déjà aux effets dévastateurs ont fortement envie d'investir dans ces recherches. Même durant la COP23 aux îles Fidji, malgré les risques, des experts ont affirmé s'y intéresser.

Plus d'inconvénients que de bénéfices

Parce qu'effectivement, les risques sont présents. Déjà parce qu'aucune des propositions actuelles n'a montré une réelle efficacité et surtout que les effets sur l'environnement pourraient être pire que la situation actuelle. Par exemple, la revue Nature a publié une étude sur les effets que pourraient avoir la pulvérisation d'aérosols de sulfate dans la stratosphère. Cela pourrait, théoriquement, réfléchir une partie des rayons du soleil. Or, on le sait, un moindre changement dans un écosystème peut tout bouleverser. Selon donc l'article de Nature, si cela se faisait dans l'hémisphère nord, cela aurait des terribles impacts sur l'hémisphère sud. Et l'idée de reproduire à grande échelle l'effet du Pinatubo? Selon bien des chercheurs, cela pourrait mener à des réchauffements pires. En effet, puisque comme l'a montré ledit volcan, l'effet climatique a été temporaire (à peine plus d'un an). Il faudrait donc, pour que cela soit efficace, constamment envoyer de ces produits dans la stratosphère. Or si un pays décidait 10 ou 20 ans plus tard qu'il ne voulait plus investir des sommes faramineuses dans cette solution, le réchauffement climatique reviendrait encore plus fort puisque que ses sources seraient toujours aussi actives.

Cela rappelle aussi tout l'aspect géo-politique du climat. Cette émission de Radio-Canada simulant ce qui se passerait en 2067 est fort intéressante. En effet, il y aurait potentiellement des conflits liés à la géo-ingénierie. Un pays comme l'Inde par exemple pourrait s'allier avec d'autres contrées afin de diminuer les effets du climat sur son territoire. Or, la Russie, qui profiterait alors de ports en Sibérie ouverts à l'année, pourrait en guise de représailles envoyer plus de gaz à effet de serre pour contrer ces efforts technologiques.

Il semble donc que la géo-ingénierie ne soit pas la panacée rêvée pour contrer les changements climatiques. Les technologies peuvent aider les humains par rapport au climat comme par exemple celle de ce scientifique finlandais qui travaille sur un projet de drones diminuant la force des ouragans en perturbant le vortex. Or, lui-même admet que la géo-ingénierie n'est pas la bonne voie et qu'il vaut mieux travailler sur des solutions à long terme.

Cela veut dire changer en partie l'économie, les méthodes de production, trouver des façons de faire qui émettent moins de carbone. Par exemple, l'agriculture française produit actuellement plus de dioxyde de carbone qu'elle n'en accumule. Une situation d'autant plus saugrenue que ce produit est à la base de l'alimentation des végétaux. Et si la solution passait par une agriculture plus régénérative qui reconstruit les sols et permet de mieux séquestrer le carbone? Certes, cela sera moins rapide que les effets de la géo-ingénierie et cela demanderait aux populations de modifier considérablement leur mode de vie. Or, à plus long terme, cela aurait des impacts plus bénéfiques sur la planète et sur la viabilité des espèces, dont l'être humain.

Illustration : The International Space Station backdropped by Earth’s horizon and the blackness of space. Original from NASA . Digitally enhanced by rawpixel. via photopin (license) 

Références

"COP23 : L'ingénierie Climatique Est Risquée Mais Doit être Explorée, Selon Des Experts." Médiaterre. Dernière mise à jour :17 novembre 2017. https://www.mediaterre.org/actu,20171117105402,1.html.

"Demain, Nous Pourrons (peut-être) Contrôler Les Ouragans." Futur.e.s. Dernière mise à jour : 9 mai 2018. https://blog.futuresfestivals.com/hurricane-unwinder/.

Flowers, Rebecca. "Pire Que Le Changement Climatique : La Mauvaise Géo-ingénierie." Vice. Dernière mise à jour : 31 janvier 2018. https://www.vice.com/fr_ca/article/3k5x5j/pire-que-le-changement-climatique-la-mauvaise-geo-ingenierie.

Fournier, Clément. "Étude : La Géo-ingénierie Climatique : Une Fausse Bonne Idée ?" E-RSE.net. Dernière mise à jour : 30 novembre 2017. https://e-rse.net/geo-ingenierie-changement-climatique-danger-268930/#gs.VPze3vQ.

"Géo-Ingénierie : Les Mécaniciens Du Climat." France Culture. Dernière mise à jour : 13 septembre 2017. https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/geo-ingenierie-les-mecaniciens-du-climat.

"La Géo-ingénierie, Une Solution Déficiente Aux Changements Climatiques." Bienvenue En 2067 | ICI Radio-Canada.ca Première. Dernière mise à jour : 15 juillet 2017. https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/bienvenue-en-2067/segments/chronique/31062/manchettes-futur-geo-ingenierie-solution-changements-climatiques.

"Le Sud S'intéresse à La Géo-ingénierie Climatique." Euractiv.com. Dernière mise à jour : 9 avril 2018. https://www.euractiv.fr/section/climat/news/le-sud-sinteresse-a-la-geo-ingenierie-climatique/.

Noreau, Laurie. "Géoingénierie : Manipulateurs De Climat." Quebec Science. Dernière mise à jour : 25 juin 2017. https://www.quebecscience.qc.ca/technologie/geoingenierie-manipulateurs-de-climat/.

"Nous Avons Besoin De L'agriculture Régénérative, Pas De La Géo-ingénierie." KundaLight. Dernière mise à jour : 8 janvier 2018. https://uhxnue.wordpress.com/2018/01/08/nous-avons-besoin-de-lagriculture-regenerative-pas-de-la-geo-ingenierie/.

Perreault, Mathieu. "Une Hausse De 1,5 °C Et La géoingénierie Au Coeur Des Débats à Montréal." La Presse. Dernière mise à jour : 9 septembre 2017. http://www.lapresse.ca/environnement/climat/201709/08/01-5131760-une-hausse-de-15-c-et-la-geoingenierie-au-coeur-des-debats-a-montreal.php.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné