Articles

Évolutionniste ou puriste ?

La thèse de l'évolution de la langue française

Par Sandrine Benard , le 05 mai 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 06 mai 2019

Tout évolue, en tout temps et en tous lieux. Notre société évolue de plus en plus vite grâce aux progrès de la science et des nouvelles technologies. Il en va de même pour la langue, elle change, se modernise, s’adapte et se modifie au gré du temps, des modes et des époques.

La langue française est maintenant devenue monocorde en apparaissant comme l’une des langues les moins chantantes du monde. Son vocabulaire, sa syntaxe, sa grammaire, son orthographe … ont évolué, et vous, qu’en pensez-vous ? 

D’un côté, nous avons les puristes, ceux qui résistent encore et toujours et participent à la défense de la langue française. De l’autre côté, nous avons les évolutionnistes qui suivent le mouvement et avancent en même temps que l’Histoire du monde.

Et vous, de quel côté de la force vous rangez-vous ? Êtes-vous plutôt puriste ou évolutionniste ? Réflexion autour de la thèse de l’évolution de la langue française…

Un peu d’histoire

Le 14 juillet 842 est une date à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de la langue française car c’est là qu’apparaît le premier texte rédigé en roman, le « protofrançais ». Les Serments de Strasbourg sont des manuscrits d’une extrême importance géo-politique puisqu’ils traitent du partage de l’empire de Charlemagne à ses petits-fils, dont la partie du royaume qui deviendra plus tard la France.

Le jeu des conquêtes tient une place importante dans l’histoire de la langue française et je vous propose d’en apprendre davantage en consultant un de mes anciens articles intitulés La réforme évolutive de la langue (avril 2016).

Pour faire bref, le français n’a eu de cesse de se recréer pour mieux évoluer. Du roman à l’ancien français pour aboutir à notre français contemporain, la langue a fait du chemin !

Évolutionnistes

La langue française a toujours suscité les passions et enflammé les esprits, à commencer en 1549 par un petit groupe de lettrés, rassemblés sous le nom de La Pléiade (dont Ronsard et Du Bellay), qui font paraître un ouvrage intitulé Défense et illustration de la langue française. Celui-ci a pour objectif de protéger la nouvelle langue unifiée, en réponse au latin encore largement utilisé à l’époque. En ce sens, les membres de la Pléiade apparaissaient alors comme des évolutionnistes, progressistes, voire anarchistes. Ils voulaient abandonner la langue vernaculaire du moment (le latin) au profit de la langue populaire, le français.

La création de l’Académie française en 1635 par le cardinal de Richelieu, suivie de celle de l’Encyclopédie en 1751 par les philosophes Diderot et D’Alembert continueront à ancrer pour de bon cette « nouvelle langue » qu’est le français. Le siècle des Lumières se veut résolument évolutionniste, non seulement au niveau des idées, mais aussi au niveau de la langue. Pour preuve, de nouveaux termes apparaissent, à commencer par les noms des mois qui sont changés au lendemain de la Révolution française de 1789 (brumaire, thermidor, vendémiaire…).

Puristes

Mais en a-t-il toujours été ainsi ? Non ! Tout le monde n’est pas évolutionniste et c’est justement le débat et la thèse animés par la Querelle des Anciens et des Modernes, à la fin du XVIIe siècle dans toute la France littéraire, linguistique et artistique !

En effet, ici, pas question de se montrer ouvert d’esprit et de suivre le mouvement. Les Anciens (menés par Boileau et Racine) s’opposent aux Modernes (conduits par Perrault) et prônent un français conservateur, puriste, loin de toute cette « modernité décadente ». Le grand gagnant de ce combat ? Personne, ou du moins, pas concrètement, puisqu’un compromis est finalement trouvé en 1694 où il sera dit que « le siècle de Louis XIV brille par les œuvres de ceux qui ont dépassé les « anciens » au-delà de leurs œuvres, en s’appuyant sur le génie propre de la langue et du siècle. Pascal souligne d’ailleurs que ceux que nous appelons les anciens, étaient des modernes en leur temps. » Tout est dit : 1-1, égalité des scores.

…Et ça ne s’arrête pas là.

L’Académie française et les protecteurs de la langue continuent de se dresser fièrement contre les incongruités linguistiques qui apparaissent depuis lors. Entre la réforme de l’orthographe, de la grammaire, du vocabulaire… les détenteurs du savoir de la langue ont fort à faire, ce qui leur vaut d’ailleurs souvent le surnom de « dinosaures » de la langue française ! Récemment, en 2017, le grand débat concernait l’écriture inclusive (« réponse » aux inégalités linguistiques entre les hommes et les femmes), puis vint celui de la remise en question de l’accord du participe passé, initié par nos voisins Belges. Les sujets ne manquent pas.

Et demain ?

La langue française évolue, se crée, se transforme. Certes, l’idéal est de savoir adapter son langage à ses interlocuteurs, mais pas facile toujours de trouver les mots justes au bon moment.

Pouvoir le faire permet de reconnaître ceux qui maîtrisent véritablement la langue, ceux qui savent la vulgariser et l’adapter, parler autant en termes savants devant un public d’énarques que devant une classe d’enfants du primaire. Je pense notamment à Hubert Reeves, le grand astrophysicien Canadien (né en 1932), dont la science et la sagesse ne sont plus à démontrer, qui a justement écrit plusieurs livres scientifiques vulgarisés, à l’instar de «L’univers expliqué à mes petits-enfants», en 2011, dont le titre montre bien la portée !

Alors, évolutionniste ou puriste ? Que l’on soit l’un ou l’autre, nous sommes tous des locuteurs du français; après, ce n’est qu’une histoire d’adaptation !

Illustrations

Livres de la Pléiade, https://pixabay.com/images/id2606859/
La Liberté guidant le peuple, Delacroix, https://pixabay.com/images/id63022/
Hubert Reeves en rencontre avec des scolaires,  Petite République, 
https://images.app.goo.gl/Kj4YgjbQ25QAL8QXA

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné